Ce que j’aime à Dresde, ce sont les nombreux quartiers plus ou moins abandonnés, où l’on resent une très grande nostalgie. Bâtiments jamais rénovés depuis la guerre, immeubles de RDA désués, quartiers déserts. Le grand parc immobilier à l’abandon de la ville à pour conséquence des loyers relativements bas et une pépinière d’ateliers d’artistes plus ou moins unterground à découvrir.

marie-session-3-151

marie-session-3-250

marie-session-3-291

marie-session-3-301

marie-session-3-1981

Was ich in Dresden liebe, sind die zahlreichen alten Viertel nicht saniert.

Merci à Aurélie pour ses photos

Publicités